PALENQUE, CHIAPAS

Encore une longue journée de bus, nous arrivons à la nuit tombée,  le vendredi soir….à ramasser à la petite cuillère !

Devant le Terminal des bus ADO, une impressionnante sculpture.

De profil ( on appelle ça « le nez maya »)

Samedi nous faisons relâche !

À PALENQUE,  nous sommes dans les basses terres, il fait chaud et lourd, la ville elle-même offre peu d’intérêt bien que la Municipalité ait entrepris de grands travaux de voierie.

Nous avons un joli hôtel en ville, une grande chambre confortable et le deuxième étage pour nous tout seuls avec une grande terrasse!

Samedi soir, sur le Zocalo  il y a des danses folkloriques et des clowns un peu ringards

Dimanche, nous avions décidé d’aller visiter les ruines de la ville ancienne, il a plu des cordes, pratiquement toute la journée !

On a fait relâche !

Le soir ça se calme et sur le Zocalo il y a encore les clowns,  puis un orchestre de Marimbas (c’est un peu plus enlevé mais aussi lancinant que la musique balinaise !)

On prend un billet de tombola, mais on va se coucher tôt,  on a peut-être gagné le vélo….. On ne le saura jamais !

Lundi matin le soleil est de la partie, nous voici dans le colectivo, direction « las Ruinas » 

Ça faisait un bout de temps que nous n’avions pas visité de ruines ( on finit par saturer!), mais là nous n’avons pas été déçus 

Le sarcophage de la « Reine Rouge », recouvert de cinabre.

Et celui-là, en sépia, pour voir!

La fameuse voûte maya

Des Bas-Reliefs représentant des captifs

 Ils ont tous la même position, ils doivent savoir qu’ils vont passer un sale quart d’heure.

La jungle est omniprésente 

Les marchands du temple

Le gouvernant »Serpent-Jaguar » et un de ses prisonniers

 Les Bas-Reliefs sont superbes

Celui-ci représente un sacerdote fumant du tabac

Le terrain de jeu de balle: les cercles où il fallait envoyer la balle n’ont pas été retrouvés ( on suppose qu’ils étaient en bois)

Le jeu consistait à faire passer une balle de latex à l’intérieur d’un cercle(de bois ou de pierre) en s’aidant uniquement des coudes, des genoux et des hanches (coton !)

Le vainqueur avait le droit de récupérer tous les bijoux des spectateurs, autant dire que c’était « sauve qui peut ! »

J’ai lu ailleurs que le vainqueur « gagnait » le droit d’être sacrifié !

Ensuite, un joli parcours à travers la jungle nous ramène à la sortie, où se trouve le Musée,  malheureusement fermé le lundi 

Dommage qu’on n’aie pas le droit de faire trempette!

Lundi soir, j’essaye désespérément d’apercevoir la « Super Lune », la couverture nuageuse est trop importante, tant pis on attendra la prochaine, en 2034 !!!

Mardi matin : rebelote, encore une journée de bus, nous arrivons à MÉRIDA  en fin d’après-midi. 

Je vous le prépare pour la prochaine fois!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s