PINGYAO…TAIYUAN

Après 3/4 d’heure de train rapide….et 1/2 heure de bus, nous voici à l’entrée de la Vieille Ville. Le GPS cafouille un peu, nous finissons par trouver l’hôtel: on a réservé depuis deux mois, mais il est complet!
Elle nous propose un autre hébergement, nous ne perdons pas au change, donc…On oublie de râler!

La cour de notre hôtel
Il règne à Pingyao une ambiance de kermesse permanente, mais «bon enfant».
Le lendemain de notre arrivée, débute le PIP(Pingyao International Photography Festival), il y a des expos photo dans un tas de lieux, pleins de types, un badge VIP autour du cou et un énorme appareil photo en bandoulière.


Tout ce monde se balade dans des voiturettes de golf, en regrettant de mettre pied à terre dans les rues piétonnes(en théorie réservées aux piétons, mais c’est sans compter sur les scooters électriques et les vélos!)

Dès qu’on entre en ville on est assailli par les odeurs: effluves douceâtres et épicés du vinaigre de Pingyao (la grande spécialité locale),

odeur appétissante du boeuf de Pingyao (autre spécialité, on a goûté…On dirait du jambon en plus sec! mais ici ils ne connaissent pas le jambon)

et, heureusement pas trop souvent, remugle écoeurant du «tofu puant»(le bien nommé!)
Nous nous dirigeons vers la billetterie pour acheter le pass de 3 jours….encore gratuit!
On va être obligés de tout visiter, à ce prix là !
Je ne vois fais pas la liste de tout ce qu’on a vu, voilà le reportage-photo!

Ça commence par une balade dans les rues, inventaire des petits métiers

À côté de notre hôtel il y a un fabricant de pinceaux

C’est un travail extrêmement méticuleux

Plus loin, les petits gâteaux

L’automate à découper les nouilles !

Le fabricant de peignes

Un etalage de brocanteur, ça y est, Mao est passé aux antiquités

Le polisseur(ssoir?) à perles de rivière

Notre petite cantine de raviolis à la vapeur

Nous sommes pris en otages par un groupe de jeunes, séance photo obligatoire!

Près de notre hôtel, la Tour de la ville

Un drôle de défilé

Sur le coup de midi, ce sont les dames qui défilent.

Lui ne défile plus

Des affiches du PIP

J’ai aimé le travail de cette photographe, elle a retrouvé d’anciennes «gardes rouges» et présenté les photos «avant/après

Les rues sont très jolies

Il faut aussi voir l’envers du décor

Nous avons visité les premières banques de dépôt

Gardes armés vivant à demeure dans les sous-sols, et faux lingots

Balade sur les remparts

Du haut de la Tour

Au Temple de Confucius

Le «Mur aux 9 dragons»

La tour Feng Shui

Au bout de trois jours nous repartons à Taiyuan, pour des raisons de logistique, impossible d’aller à Jincheng depuis Pingyao!

Finalement nous décidons d’abandonner Jincheng, et nous consacrons cette pause à la préparation de la suite (début septembre a été bousculé et on a un peu improvisé!)

Donc, nous revoilà à Taiyuan:

1h30 de train «normal», départ de la gare de Pingyao en ville,arrivée au centre ville de Taiyuan !

Unpetit tour au musée du Shanxi, il rappelle vaguement le beau musée tout rouge de Shanghaï.

La visite est intéressante, on y apprend, par exemple, que dans des temps reculés, les chinois connaissaient déjà le smartphone, la preuve:

La semaine prochaine , nous irons à Kaifeng et Luoyang

BEIJING, DATONG

Arrivés lundi 11 à 15h à l’aéroport il nous faut un certain temps pour trouver :

un distributeur de billets,

la sortie

un moyen de transport

Finalement bien orientés par un jeune policier, nous prenons un bus qui nous laisse à 200m de notre hôtel.

Moment de frayeur quand nous nous trouvons devant la porte de l’hôtel, fermée! Nous trouvons l’entrée sur le côté (pas signalée!). Notre hôtel ressemble à une caserne, on nous refile une chambre très sombre et très moche, on proteste mollement et la réceptionniste nous promet de changer demain.

La bonne surprise c’est que nous sommes idéalement situés, tout près de Dazhalan jie (jie, c’est rue), une rue ancienne, restaurée à la chinoise, mais avec un vieux cinéma, le magasin de chaussures où le Président Mao achetait ses fameux chaussons, une immense pharmacie où on trouve tout un tas de remèdes chinois(on a snobé les langues de chèvres et autres produits animaux mais on s’est laissé tenter par des baies de goji).

Après les achats de première nécessité pour le petit déjeuner, nous rentrons nous coucher.

Mardi, après une nuit pas suffisamment réparatrice, nous voici à pied d’oeuvre, nous devons trouver un transport pour Datong et récupérer les billets de train Luoyang-Nanjing achetés sur Internet.

Ça nous a pris la matinée et plus.

J’avais inversé des chiffres sur mon passeport, on n’a pas pu récupérer mon billet, on a dû tout annuler et reprendre des billets (c’était chaud, il n’y avait presque plus de places !) Après ces efforts considérables, la fatigue nous est tombée dessus….et on a remis à demain la visite du Palais d’Été!

Et on a changé de chambre! Nous avons eu une jolie chambre, très claire, donnant sur la cour, et pour fêter ça…On s’est endormis!

Vue de notre quartier

Mercredi matin nous allons au Palais d’Été. Alors que lundi et mardi il y avait un ciel clair et lumineux, aujourd’hui le ciel est légèrement voilé, il s’ajoute sûrement un peu de pollution ! Alain est content, il paye l’entrée moitié prix!

Dès l’entrée, la rue Suzhou, on peut faire des achats !!!

Il y a du monde mais le site est immense, on a monté et descendu des escaliers, marché des heures et , quand nous sommes arrivés à la Porte Est, nous nous sommes échappés, trop contents de ne pas avoir à remonter jusqu’à l’autre entrée!!!

La scène de l’Opéra
Comme nos yuans filent vite, on a cherché et trouvé un distributeur, là aussi c’était compliqué, on n’a pu retirer que 1000 yuans à la fois. Nous avons dîné près de l’hôtel, puis on s’est promenés dans la Dazhalan jie, les soirées sont très agréables il fait très doux, (dans la journée jusqu’à 30°,le soir, encore 25,26°)

Dazhalan jie

Jeudi, nous voici dans le bus, nous avons les places 1 et 2, au 1er étage au dessus du chauffeur! La vue est imprenable et , quand nous passons près de Badaling, nous pouvons contempler la Grande Muraille qui serpente sur les crêtes. Sur l’autoroute il y a énormément de camions.

À Datong, on rame un peu pour trouver l’appartement réservé, une jeune femme vient à notre secours, la logeuse ne veut pas nous recevoir, elle n’a pas le permis pour loger des étrangers !!!! C’est fréquent, car les hôteliers doivent payer une taxe supplémentaire.

On se rabat sur une auberge de jeunesse, dans la(neuve) ville ancienne . La muraille d’enceinte est quasiment terminée, c’est pharaonique ! Malheureusement, le programme démesuré de rénovation du centre ancien n’a pas eu le succès escompté, les magasins n’ont pas été loués (ou ont déjà fermé), le tout donne un somptueux ensemble, sans âme .

Un temple,en rénovation

Le vendredi, nous prenons un tour avec l’auberge de jeunesse et nous avons pour compagnons un couple d’espagnol, une chance! Le Monastère suspendu

Le mont Henshan

Et la Pagode de Muta, plus ancienne et plus haute (67m),pagode en bois…. du monde! Elle date de 1056, respect !

Samedi, nous allons aux Yungang caves, Alain souhaitait absolument y retourner, il a eu raison, nous étions émerveillés, comme il y a 5 ans.

Et, cerise sur le gâteau…au vu de nos passeports, c’était gratuit !!!

Quelle chance nous avons d’être vieux !!!!!

À ce train là, nos passeports tout neufs vont vite être amortis !

Dimanche, nous quittons Datong pour Tayuan. À part un bus super confortable, un terrible orage à l’arrivée, 2h pour trouver l’hôtel, on repart le lendemain, on n’a rien vu !!

Du taxi, une magnifique oeuvre d’art!

Non, c’était pas fini! Le lendemain matin, on se pointe à la gare tranquilles avec un peu d’avance, et là…c’est pas bon! Hier le gars qui m’a vendu des billets pour Pingyao, ne m’a pas dit qu’il fallait aller à la Gare sud!

Imaginez le désarroi d’un chinois qui débarque à la Gare du nord, à Paris, pour aller à Nantes! Pour nous c’était pareil .

On reprend un taxi, le petit bout de femme au volant a fait fissa, on est sauvés!

La gare sud est toute neuve et immense et…au sud.

La prochaine fois je vous narrerai Pingyao