TUKTUK ÎLE DE SAMOSIR LAC TOBA

Le bonheur!

Mais pour y arriver il a fallu quitter Medan!

Le portier de l’hôtel nous a accompagnés jusqu’à un bemo (super sympa parce que le réceptionniste voulait nous faire prendre un taxi !)

La gare routière était au moins à 10kms.

Une seule compagnie, un bus pourri, tout brinquebalant, je jette un coup d’oeil aux pneus ils sont récents, le gars nous presse de monter, il y a bien un autre bus mais il part 1h30 plus tard…..

On est partis: À l’intérieur il y a des mecs qui fument, un qui crache, des bébés qui pleurent !

Au bout d’1h on a déjà les fesses en capilotade!

Au bout de 5h nous sommes arrivés à Parapat sur la rive du Lac Toba un immense lac de cratère, le plus haut d’Asie

Au milieu du lac, se trouve l’Île de Samosir

À peine échappés du bus, un gars nous attrape « dépêchons, le ferry part dans 5 mn! »

On a attendu 1h sur des sièges en bois (ici le temps ne compte pas et la souffrance de nos pauvres postérieurs non plus !)

Le ferry est tellement lent que nous avons tout loisir d’admirer le paysage, il dépose chaque passager au ponton de sa guesthouse.

La notre c’est Gokhon guest house.

La vue sur le Lac Toba depuis notre chambre

Nous sommes en Pays Batak, les anciens « chasseurs de tête de Sumatra « , heureusement calmés depuis!

Les maisons Batak ont des similitudes avec les maisons Toraja

Les tombeaux sont superbes

Ce n’est pas la haute saison, c’est tranquille, souvent le soir il pleut.

Nous avons découvert une drogue douce le »smoothie avocat-chocolat »

Sinon il y a les « magic mushrooms » (2 russes qui ont essayé ont passé la nuit à hurler et à se taper la tête contre les murs !)

Par contre, en saison ce doit être l’enfer, toute la journée les jetskis, les bananaboats,les speedboats et tout ce qui peut faire du bruit !

Le village de Tuktuk est étendu et nous parcourons des kms à pied.

Nous sommes allés jusqu’à Ambarita et nous avons poussé jusqu’au village de Siallagan où se trouve le trône de pierre du roi éponyme.

Le village Batak.

À l’intérieur, la cuisine

Le trône de pierre du roi, sa maison, son tombeau et, le clou de la visite: la place des exécutions où on coupait la tête des Carnet prisonniers.

On la plantait ensuite sur une pique et on dégustait les morceaux en famille!

Au bout de la jetée à Ambarita les tailleurs de pierre mettent la dernière main à cette évocation naïve

Nous décidons de suivre un panneau indiquant la direction de Tuktuk

Il y a des fleurs partout

Nous passons devant une sorte de mini musée

Ceux qui se tiennent la tête…c’est qu’on la leur a coupée!

Nous faisons un mini trek pour rentrer, derrière la colline de Tuktuk il y a une plaine rizicole puis une muraille montagneuse.

L’île de Samosir s’est formée d’une bulle magmatique échappée d’un énorme volcan.

Nous sommes arrivés assoiffés à Tuktuk

Toutes ces boissons bien fraîches nous »tendaient les bras », la vendeuse n’a pas été capable de trouver la clé du cadenas !!!

Ce soir là c’ était le soir de la « Super lune bleue de sang » je suis restée dans le jardin, bien décidée à faire la photo

La photo est minable, mais je l’ai bien vue de mes yeux!!!

Nous avons rencontré Pierre et Philippe, deux français, nous sommes très vite devenus inséparables !

Grande balade dans l’arrière pays

Alain était pris au piège des filets dans les rizières

Nous changeons de guesthouse au bout de 4 jours, la 1ère était très bien mais celle-ci est beaucoup mieux.

Nous avons un très beau balcon sur le lac, et un grand arbre qui abrite un tas d’oiseaux.

Un vrai bonheur de paresser sur notre terrasse

Les pêcheurs sont à la tâche dès le lever du soleil.

Comme les garçons sont à presque 4 kms de notre hôtel, nous nous retrouvons pour dîner à mi-chemin chez Rohana

Ce jour là, elle était partie au marché, seule la porte était fermée !

Lui aussi voulait déjeuner !

Nous décidons de partir tous les quatre à Berastagi ( non, ce n’est pas au Pays Basque !), voir les volcans.

Le matin du départ le soleil avait accroché une guirlande lumineuse à notre arbre !

Nous avions un petit pincement au coeur avant de monter dans le bateau

Nous prenons un taxi pour 4 ce qui nous permet de faire des visites en chemin

Nous longeons le Lac, les locaux ont installé des « perchoirs à selfies »(payants !)

Nous visitons à Simalungun le palais du Raja Bolon Purba

Long arrêt à la cascade de Sipiso-piso (nous ne sommes pas allés jusqu’en bas !)

Un dernier regard pour le Lac Toba

La réponse au jeu-concours c’était :

Des clous de girofle

Et c’est Françoise Ayrault qui gagne la carte postale

DE TENTENA À MEDAN SUMATRA

Nous quittons Rantepao en bus par une

magnifique route de montagne, étroite, à la végétation luxuriante.

Les hauts parleurs diffusent une musique sirupeuse, Morphée me prend doucement dans ses bras

Nous mettrons 12h 30 pour rejoindre Tentena, le bus s’arrête très souvent (c’est le même chauffeur pendant tout le trajet)

À 21h tapantes nous sommes à Tentena, j’avais prévenu de notre arrivée tardive et l’hôtel nous a envoyé des motos:

«Je n’ai besoin de personne en Harley-David…Son, na na na!»

Nous parcourons les 4kms cheveux au vent, la petite ville s’étire en longueur le long de la «trans-Sulawesi», il y a beaucoup de lumières, des boutiques de fringues…c’est Las Vegas !!!

Nous logeons dans une petite guesthouse près de la rivière.

Dans la rivière ce sont des pièges à anguilles

À Tentena, pas grand chose à faire sinon traverser par le vieux pont de bois et revenir par l’autre pont, plus récent !

Celui-là nous interpelait dès qu’il nous voyait passer !

Il y a longtemps que je ne vous ai pas fait de jeu-concours!

Question: Qu’ est-ce que c’est???

Il y a une carte postale à gagner pour les plus rapides

Johnny le guide nous organise une sortie avec 3 belges du Tropicana.

Arrêt au marché pour voir les énormes chauves-souris qu’ils vendent comme des poulets

Je suis d’accord, c’est dégueu.

Johnny n’a pas l’air d’adorer, il dit qu’il faut mettre beaucoup d’épices !

Puis nous allons à la cascade de…

L’endroit est joli, rafraîchissant .

Je n’ai pas pris mon maillot, l’une des belges entre dans l’eau, je m’en veux à mort !!!

Puis nous repartons vers Siuri beach, des bungalows un peu abandonnés mais une jolie plage sur le Lac Poso.

Là je n’y tiens plus, j’emprunte le sarong d’une des femmes, l’eau est délicieuse.

Nous déjeunons de poissons du lac, pas très gros, plein d’arêtes, mais ça change du nasi goreng !

À ce moment, nous sommes tous plus ou moins endormis, mais l’infatigable Johnny nous emmène voir une grotte avec des ossements ( il y avait longtemps !!!),

Plissé couture à l’entrée de la grotte

Johnny a dit: je n’y crois pas, mais j’offre quand même une cigarette…par tradition.

une boulangerie artisanale et « le » point de vue sur le Lac.

Nous rentrons épuisés…après avoir épuisé toutes les ressources de Tentena.

L’idée, pour la suite, c’était de passer quelques jours sur les Îles Togian mais la mer est mauvaise et les liaisons maritimes sont aléatoires.

Nous renonçons à regret car nous avons des billets d’avion pour Medan et ce serait idiot de rester coincés sur une île .

Nous décidons de prendre le bus de nuit pour Palu, le bus très confortable qu’avaient les belges depuis Rantepao.

Une longue journée nous attend!

Nous trainons le plus possible à l’hôtel, puis Alain décide soudain de partir à pied au terminal des bus, ( ça ne fait que 4 kms, sous le cagnard !)

1h30 plus tard nous voici devant le Supermarket, à côté du Terminal.

Il y va quelques tables et des chaises, et des frigos pleins de bouteilles bien fraîches.

Une vingtaine de Scrabbles sur le smartphone plus tard, on commence à avoir mal aux fesses et nous négocions une chambre pour 3h au petit hôtel près du Terminal.

Un peu après 21h arrive le bus Batutumonga, il est pratiquement vide, nous nous installons confortablement.

À 3h30 du matin, nous voici dans un Terminal de bus désert, au milieu de nulle part, à 13 kms de la ville de Palu

Nous patientons jusqu’à ce qu’un conducteur de bemo nous offre ses services pour 50 000 IDR (3,50€)

.De Palu, nous n’avons rien vu, il faisait une chaleur à crever !

Derrière l’hôtel, il y avait la mosquée et le soir, près de la piscine, il y avait karaoké.

Mais rien n’aurait pu nous empêcher de dormir !

Le lendemain matin la navette de l’hôtel nous amène à l’aéroport.

En attendant notre vol, snorkelling à l’aéroport !!!

Nous arrivons à Me(r)dan

Nous attrapons le bus de l’aéroport, nous mettons plus d’1h30 pour arriver en ville….et il se met à tomber des cordes!

Le bus nous laisse à 1km de l’hôtel, il ne pleut plus mais il tombe des grosses gouttes des arbres !

La circulation est infernale, les voitures ne cèdent pas un pouce de terrain aux piétons et les trottoirs(quand il y en a!) sont défoncés !

C’ était plus facile de marcher dans les rizières !

Medan n’a pas beaucoup d’attrait.

Avec le bus nous avons traversé des quartiers très populaires et soudain,une zone de belles demeures au luxe indécent.

Dès le lendemain matin nous changeons d’hôtel (c’était le plus moche que nous ayons jamais eu!)

Toujours à pied nous traversons le marché, un vrai cloaque après la pluie de la veille.

Joueurs d’échecs sur tas d’ordures

Nous faisons provision de « hello miss, hello Mister! » et de grands sourires et nous emplissons nos poumons d’oxyde de carbone!

Nous déposons nos sacs et repartons en direction de l’Office de Tourisme, c’est fermé le samedi !

Juste à côté se trouve la maison de Tchong A Fie, un riche chinois cousin des nyonyas de Penang.

Nous déjeunons à l’hôtel, il y a un buffet de spécialités indonésiennes, ça nous permet de goûter des trucs qu’on ne saurait pas commander!

Demain nous prenons une semaine de vacances, au Lac Toba!

SULAWESI -II

PAYS TORAJA suite
Le lendemain John passe nous chercher à l’ hôtel
Nous partons en transport public (bemo) jusqu’à Kete Kesu


Il y a un bel ensemble :d’un côté les maisons et en face les greniers à riz. Nous passons ensuite devant une rangée de marchands puis quelques tombes modernes

Très classe, et grande contenance !

Nous arrivons devant une falaise étonnante:
Les cercueils sont en piteux état et laissent échapper leur contenu.


Ils sont de trois formes différentes:
Maison toraja, bateau ou buffle.

Il y a des « Tau-tau », ces statues représentent assez fidèlement les défunts
Nous poursuivons à pied à travers la campagne, nous traversons de nombreux villages et nous avons l’occasion de voir de nombreuses sépultures!


Nous passons par Lemo.

Chez le sculpteur de Tau-tau

Une famille a apporté des offrandes, le mari grimpe jusqu’à un cercueil, se recueille un moment et dépose une bouteille d’eau et des cigarettes.

En chemin :les rizières, le spa du buffle, retour de cérémonie de mariage


Après une vingtaine de kms nous arrivons à Londa

mais là nous prenons un café sans visiter le site, tous ces cercueils ça finit par nous plomber le moral !!!
nous prenons un bemo pour rentrer.
Le jour suivant nous partons pour Batutumonga. Nous effectuons une partie du chemin en bemo puis nous terminons à pied à travers les rizières (acrobatique parfois !)

On commence par un tombeau

Une maison Toraja aux « 200 cornes de buffle »

Des rizières, des rizières et des mômes

Un beau sourire, une femelle avec son petit(rare, ils ne les élèvent pas, ils les sacrifient!)

L’église protestante surmontée d’un coq (mais pas toujours !)

Au fait, si vous voulez voir une photo en plus grand il suffit de cliquer(ou tapoter!) dessus.

Batutumonga est perché à 1500m, l’air y est très agréable, la vue magnifique, il y a pas mal de plantations de café (le café toraja est réputé à juste titre)

Encore des rizières !

Et des tombeaux dans les rizières !

Nous nous installons dans une maison traditionnelle à Mentirotiku(c’est un groupe de maisons transformé en hôtel)
Le soir nous dégustons la spécialité locale, du porc (ou du buffle ou du poulet)cuit dans le bambou, le pa’piong, c’est délicieux.

Le pa’piong

Le lever de soleil sur les rizières est spectaculaire.

John a inventé un prétexte bidon pour nous abandonner (il a sûrement trouvé un engagement plus lucratif!) donc le lendemain matin nous poursuivons avec David

Nous descendons par les chemins de traverse.

Un beau buffle de pierre qui finira devant une maison toraja

Je lui fait remarquer qu’il y a beaucoup de chiots, il me répond que c’est un met très recherché à Noël et au Jour de l’an (au moins ceux-là ont un peu de temps devant eux !).

Encore quelques rizières

La fabrique artisanale de couteaux, une tombe avec des tau-tau et la récolte de la sève du palmier pour fabriquer le vin de palme

Au moment de rejoindre la route principale, arrive une imposante procession de bikers, plus d’une centaine(un peu comme pour Johnny), suivie d’une ambulance et d’un convoi de voitures bondées.
Une personne est décédée à l’hôpital et tout le village est allé la chercher pour la ramener chez elle, impressionnant!
Nous prenons un bemo pour terminer et nous nous arrêtons au marché aux bestiaux du samedi.
Les cochons sont prêts pour la livraison

Ce magnifique animal réunit tous les critères de beauté nous explique David:

Yeux bleus, cornes jaunes, couleur albinos prononcée, il devrait avoisiner les 400M de rupiahs et dans deux ans quand il sera sacrifié il en vaudra le double….quel gâchis!

Renseignements pratiques

MAKASSAR:

Hôtel :Legenda Beril hotel

25,10€ 2 nuits (hotels.com)

Pas mal mais assez bruyant.

Deux types très insistants ont essayé de nous vendre un tour au Pays Toraja

(pas la peine, les guides nous trouvent !)

Bus

Compagnie Litha pour Rantepao

150 000 IDR

Bus très confortable, on peut voyager presque allongé, sièges très moelleux (profitez!)

Compagnie Bintang Prima

Apparemment très bien aussi

RANTEPAO

Hôtels:

Airy Rantepao (anciennement

Monica pour le GPS)

Belle chambre excellent petit déjeuner

très bruyant(les motos n’ont pas de pot…nous non plus !)

Toraja Banua : juste à côté mais plus à l’arrière : jalan Kartika n°2

tel:0822 1188 1844

très bien, calme petit déjeuner moyen

350 000 IDR (négociable )

Exemples de prix (On peut négocier mieux que nous )

1 000 000 IDR pour une journée en voiture avec un guide (visite de villages, cérémonie funéraire etc..)

1 500 000 IDR pour 2 jours rando à travers les rizières vers Batutumonga, nuit à Mengirotiku (hotel de maisons traditionnelles)

Dîner: pa’piong excellent

1 000 000 IDR pour une journée avec guide transports publics et rando environ 20km

Transport Rantepao-Tentena

Je recommande vivement la compagnie Batutumonga

170 000 IDR

bus très confortable (id.Makassar-Rantepao)

Il faut savoir que le temps de trajet minimum est de 12h30, le bus s’arrête souvent mais c’est le même chauffeur tout le trajet !

Nous avions pris une autre compagnie (sur les conseils de notre guide !)

TENTENA

À l’arrivée il y a des motos (ojek) qui vous conduiront à votre hôtel pour 20 000 IDR

Les hôtels sont à environ 4km

Le Victory n’est pas mal mais nous étions au

Ue Datu cottages , rustique mais très jolie vue sur la rivière, excellent petit déjeuner

(Hotels.com) ne pas prendre les bungalows supérieurs, il n’y a que 6 chambres, une seule catégorie !

payé 55€ mais les moins chers étaient à 27€ pour 3 nuits !

(Plus cher sur Booking.com. En général toujours comparer)

Au Ue Datu Johnny organise des tours à la cascade et au lac où la baignade est super.

Pour 5 nous avons payé 140 000 IDR par personne pour la journée

Nous ne sommes pas allés aux îles Togian car la mer était mauvaise et il ne nous restait pas beaucoup de temps

Nous avons pris un bus de nuit pour Palu

Bus Batutumonga celui qui arrive de Rantepao je ne sais pas si c’est toujours le même chauffeur!

130 000 IDR (mais un type a essayé de prendre une commission, comme on a payé au chauffeur je ne connais pas le vrai prix- ça vaut peut être le coup de se renseigner à Rantepao)

Nous avons pu vérifier qu’il est très confortable

Arrivée à Palu aux environs de 3h du matin .Il y avait des ojeks mais nous avons préféré attendre un bemo

50 000 IDR pour nous deux(16km)

Jazz hotel Palu

Confortable 350 000 IDR la nuit mais vu notre arrivée très matinale nous avons payé 175 000 IDR de supplément( avec petit dej.)

Navette gratuite pour l’aéroport.

SULAWESI – I

Vous allez me dire : Et Kuala Lumpur ? Mais oui, nous sommes bien arrivés à KL, notre port d’attache,nous y avons passé 3 nuits +1

La première : Le voyage a été interminable,on s’est effondrés le soir tôt, 2 heures plus tard impossible de fermer l’oeil.

La deuxième nuit nous nous sommes réveillés à midi (ce qui ne nous était pas arrivé depuis au moins 50 ans!)

La troisième nuit…je ne m’en souviens plus! Nous avons refait nos sacs en triant ce qui restait à l’hôtel Prescott (notre seconde maison, je vous le recommande -celui de Medan Tuanku) et nous avons pris le train de l’aéroport pour nous rapprocher car notre vol était à 8h du matin.

KLIA Transit 18,30 MYR jusqu’à Salak Tinggi (c’ est un métier, J’ai cherché sur Internet!) .

De là un bus gratuit ( à KL, il y a des bus gratuits partout !)nous a déposés à deux pas de notre hôtel .

Là nous sommes à Kota Warisan, un endroit improbable, rien que des constructions neuves et pour la plupart vides, devant l’autoroute.

Le seul endroit un peu animé c’est le supermarché et c’est samedi après-midi !

Bref, on s’est traînés et puis nous avons dîné à côté de l’hôtel.

Le resto aurait mérité d’être sur TripAdvisor, J’ai mangé un biryani délicieux !

Nous nous sommes couchés très tôt ( réveil à 4h30!) , difficile de trouver le sommeil.

Voilà, ça valait le coup que je vous raconte ?

J’allais oublier: il a plu tous les jours, toute la journée ! D’habitude c’est un gros orage dans l’après midi et il vaut mieux être à l’abri! Là, c’était un petit crachin pas gênant, de l’eau tiède, même pas l’impression de mouiller !

Mais la cerise sur le gâteau la voici: devant l’hôtel Sheraton, la Porsche du plus gros Frimeur de Malaisie !

MAKASSAR

Depuis hier nous sommes à Makassar.

Tout de suite à l’hôtel un type (un philanthrope!) nous a sauté dessus pour nous vendre un circuit au Pays Toraja

On va plutôt se débrouiller seuls et on verra sur place.

La ville est étendue,un peu sale, le truc à visiter c’est le Fort Rotterdam bâti il y a quelques siècles par les…les….hollandais Bravo!

Mais hier dimanche, on était dans le pâté et lundi…c’est fermé !

Et il pleut des cordes.

Nous allons au bureau de change et nous voici soudain « multimillionnaires »: pour 300€ on nous donne 4 800 000 IDR (indonesian rupiah)

Mardi: bus Makassar-Rantepao, 10h de bus pour rejoindre la capitale du Pays Toraja!

Le bus est très confortable, les sièges s’allongent et les jambes se relèvent, il s’arrête très souvent, je fais plusieurs petits sommes, c’est mieux que l’avion!

À l’arrivée, 21h, nous tombons sur John, ou plutôt :John nous tombe dessus! Il nous aide à trouver notre hôtel, il parle français (on ne comprend pas toujours mais ça ira de mieux en mieux !!!)

Rendez-vous demain matin 8h30.

RANTEPAO

La capitale du pays Toraja serait sûrement plus agréable si les gamins à scooter remettaient leurs pots d’échappement

Le terrain de foot

L’église protestante devant la colline de la croix toraja

Nous sommes tout de suite dans le vif du sujet, John nous annonce qu’il y a une importante cérémonie funéraire à Tambulan

En effet après 1h de route le long d’un paysage bucolique

Ici les femmes repiquent le riz

Là,c’est déjà la récolte

nous arrivons sur les lieux:

Autour d’une maison traditionnelle face aux greniers à riz ont été montées une quarantaine de « maisons provisoires » chacune abrite un membre de la famille (famille élargie aux enfants adoptés, aux enfants d’ une première épouse ou d’un premier mari, aux neveux et nièces ..etc)

Un premier groupe défile en procession jusqu’à la tribune d’honneur (ça va durer toute la journée !)

Aujourd’hui nous célébrons les funérailles d’un couple, le mari, 93 ans, était le chef du village, son épouse est décédée peu de temps après lui à 90 ans .

Ils sont restés (momifiés) dans une chambre de la maison traditionnelle (Tongkonan) pendant plus d’1 an.

Lorsqu’une personne meurt on dit qu’elle est « malade » tant que le rituel n’a pas été accompli, et on la garde dans la maison. Un drapeau blanc signale qu’il y a un défunt .Ça peut durer jusqu’à 2ans ou plus.

Si la famille ne souhaite pas accomplir des funérailles rituelles, il faut procéder à l’enterrement immédiatement.

Les invités offrent des animaux qui seront sacrifiés pour aider l’âme des défunts à s’élever vers le ciel.

Aujourd’hui on sacrifiera une vingtaine de buffles et plus de 50 cochons dont la viande sera répartie entre les invités ( les proches n’ont plus mangé de viande depuis le décès )

La viande de porc cuit de longues heures dans le bambou avec beaucoup d’herbes, d’épices et d’aromates.

Les touristes sont invités à participer (on fait une offrande, 2 cartouches de cigarettes)

Le chef de la maison provisoire n° 23 nous invite à nous asseoir chez lui, on nous offre un délicieux café et des biscuits.

Le spectacle peut commencer:

Les cochons sont trimballés sans ménagement accrochés à des bambous, ils sont sacrifiés à l’arrière.

On amène les deux premiers buffles. Ça se passe assez rapidement, la gorge est tranchée mais ils mettent un certain temps à mourir.

 

Je ne voudrais pas regarder mais en même temps j’éprouve une sorte de fascination morbide.

Pendant que l’on dépèce les animaux on nous invite à voir les cercueil des défunts (parfois les momies sont présentées aux assistants !)

Puis arrivent une dizaine de buffles, ceux-ci sont plus nerveux, ils voient ce qu’il reste de leurs congénères !

Vous trouvez ça barbare, moi aussi, mais sachez qu’auparavant….on sacrifiait les esclaves!

Une nouvelle procession recommence, nous quittons la cérémonie avant le prochain sacrifice.

Demain la journée sera consacrée au sacrifice de 100 cochons et de 40 buffles ( un buffle coûte de 30M de rupiah jusqu’à 100M:6090€)

Après demain il y aura des combats de coqs et l’enterrement aura lieu le surlendemain.

Avant de rentrer à Rantepao,. nous passons voir l’arbre où sont accrochées les dépouilles des « bébés morts avant d’avoir des dents »

L’enfant est enveloppé dans un tissu blanc avec un os de poulet et du riz cuit (pour le voyage), un proche , le père ou le grand-père creuse un trou dans le tronc et y dépose le petit corps, qu’on recouvre de tissu végétal. L’arbre en grandissant aidera l’enfant à s’élever vers le ciel.

Au pays Toraja chaque moment important de la vie et de la mort est strictement encadré par un rituel immuable.

La naissance, le passage à l’âge adulte, le mariage, la construction d’une maison (la cérémonie pour l’inauguration de la maison peut revenir plus cher que la maison elle-même !), la mort enfin.

Les Torajas sont chrétiens, en majorité protestants, depuis l’occupation hollandaise mais ils ont conservé leurs coutumes ancestrales.

Le gouvernement central indonésien le tolère à condition que les enfants reçoivent une éducation religieuse.

Pour terminer sur une note plus légère voici quelques maisons Torajas

La maison traditionnelle est uniquement faite de bois et de bambou.Tout est assemblé par des chevilles ou des ligatures:

Ni clou ni vis!

Cette belle maison a une toiture naturellement végétalisée.Les cornes de buffle de la façade témoignent de la classe sociale du propriétaire.

LONDON

C’est reparti!

Notre première destination est beaucoup moins exotique que d’habitude!

Alain a eu la très bonne idée de nous faire partir de Londres pour ce voyage.
Notre destination finale est Kuala Lumpur (of course!), mais nous passons deux nuits à Londres et une courte journée.
Il fait un froid polaire, notre premier constat, c’est bien plus propre que Paris. Les maisons de brique font penser à Lille.
Notre hôtel est dans un beau quartier du côté de Kensington, on nous donne une grande chambre (quadruple!).
On a eu froid!!!
Vers 22h Alain s’aperçoit que la fenêtre est entrouverte !
Même fenêtre fermée il y a un courant d’air glacial.
Le lendemain matin on se réconforte avec un « english breakfast » pantagruélique !
Puis nous voici partis à la découverte.

La façade de notre hôtel

« Notre »rue

Pour le métro, la solution économique c’est de présenter une carte de crédit sans contact, à l’entrée et à la sortie…À la fin de la journée vous êtes débités de 6 £.
Nous descendons à Westminster:
Big Ben est recouverte d’échafaudages !

Big Ben

La Cathédrale est également habillée pour l’hiver, près de la Tamise il y a du vent et il fait encore plus froid!

Le « London Eye »

Nous partons en direction de Piccadilly Circus.

Les statues des Maréchaux

Celui-ci a une bonne tête !

Nous avons marché le long de Regent Street, en nous arrêtant dans des magasins…pour nous réchauffer.

Chacun fait comme il le sent !

Le top du top en ce moment c’est le bonnet de laine avec un pompon de fourrure, porté avec plus ou moins de réussite !

Carnaby Street

Le cliché :le taxi londonien et le bus à 2 étages

Nous trouvons un « fish and chips..traditional!« , le breakfast est déjà loin.
En fait maintenant, les restaurants de fish and chips font également kebab (traditionnel !)
Ça ne nous a pas convaincus!!!
La digestion nous tombe dessus, ça fait plusieurs heures que nous marchons, nous arrivons à Baker Street et nous reprenons le « tube » pour rentrer à l’hôtel.
Le programme initial était de ressortir pour dîner et continuer l’exploration, mais la flemme nous prend et nous nous contentons de faire quelques provisions pour l’hôtel. Nous avons accès à la cuisine, c’est pratique !
Le lendemain matin, nous prenons le bus pour Gatwick à la Victoria coach station.
Rien de compliqué, c’est très facile de se déplacer, c’ était une première approche, nous reviendrons ….aux beaux jours !