XIAMEN

Xiamen est la grande ville du Sud de la Chine, c’est une île reliée au continent par une chaussée de 5km. Mais elle a depuis longtemps débordé de son île !
Il y fait chaud (30°)et humide, et sans doute toute l’année car ses larges avenues sont bordées de flamboyants et de bougainvillées.
Quand nous avons choisi notre hôtel il nous semblait assez central, pas trop loin du Front de mer…..En fait il est à 7km!!!!
La première fois nous avons pris le bus No 10, ça nous a pris 1 h!
Mais, soudain, en levant les yeux , nous apercevons une sorte de métro aérien, assez haut, les stations sont énormes, ça ressemble à de la science-fiction des années 70.Ni une ni deux, on prend des tickets, sans savoir pour où, ça nous coûte 1 yuan chacun (0,125€)…..En 10 mn nous étions à 500m de notre hôtel !
Tout bêtement il s’agit d’une chaussée aérienne sur laquelle circulent des bus, il y en a beaucoup, on n’attend pas, c’est super ! Ça s’appelle le BRT
Le seul inconvénient, c’est qu’il n’y a pas de plan au 1er étage, là où on achète les billets, et tout est écrit en chinois, la 1ère fois on a eu du bol, la deuxième fois un jeune homme nous a aidés, la femme voulait absolument connaître le nom de la station, moi j’en voulais seulement pour 1 yuan !!
On a photographié le plan de la station, les noms sont aussi en lettres latines (blanc sur gris, c’est super pratique ! Ils ne voudraient pas qu’on y aille…..Je dis ça je dis rien !)
Depuis on se télétransporte toute la journée!
En face de Xiamen, à 5mn de ferry il y a une très jolie petite île, Gulang Yu, une ancienne Concession Étrangère, restée dans son jus, un petit paradis.
Tous les chinois s’y précipitent, du coup ….Nous avons fait deux tentatives infructueuses, et nous n’avons pas pu obtenir de billets !!!!
On est en pleine «Golden Week», tout le monde est en vacances(sauf ceux qui travaillent !)
Ça donne dans la ville une atmosphère un peu irréelle, des groupes de gens désoeuvrés, des familles, tous ont des paquets dans les bras, car la grande affaire c’est de rapporter des souvenirs!
Maintenant que nous avons renoncé à Gulang Yu, et que nous avons découvert les joies du BRT, nous visitons les abords du Front de mer.

Déco florale

Architecture néoclassique

Postmoderne ?

Il y a plusieurs rues piétonnes, l’architecture est intéressante.

On achète des mangues pour rien, il y a des boutiques de fringues, de confiserie, les huîtres perlières ont aussi beaucoup de succès: pour 50 yuans vous choisissez votre huître, le gars l’ouvre et en retire une poignée de perles de taille et de couleur variées. Ce sont d’énormes huîtres de rivière, les gens repartent ravis!


Nous rentrons prendre un peu de repos à notre hôtel (au fait, nous sommes arrivés hier soir à 23h, à part 5mn de flottement parce que le taxi s’est trompé d’entrée, nous étions at-ten-dus !!!!)
Dans notre quartier il y a un magasin Carrefour, des commerces, puis une sorte de Luna Park, avec un énorme galion,

une grande roue, plein de restaurants débordant décrevisses le soir, et ensuite une zone floue, à moitié détruite, des immeubles éventrés et quelques restaurants très chics au milieu de tout ça !
Le soir , on s’offre une dernière balade en BRT, on va même jusqu’au terminus !


Puis on retrouve la zone des petits restos de rue, qui proposent des langoustes, des limules, toute sorte de fruits de mer,

Il y a même du tofu puant !!!

Et, pour les gourmets, des arénicoles (vers de vase) en gelée!

on se laisse tenter par des huîtres chaudes (délicieuses, perso j’aurais mis un peu de beurre!)

on se paume un peu, on traverse le marché en train de fermer et on tombe sur un étalage qui vend du «caïman» .

C’est caïman du crocodile !
On traîne encore un peu, la soirée est douce, la température est idéale.
Demain matin, c’est la grande affaire, on prend le bus et on va visiter les Tulous du Fujian

Dernière minute:

Comme nous sommes rentrés tôt, lundi après midi, nous sommes finalement allés à Gulang Yu,

Alain avait raison, on aurait aussi bien pu s’abstenir !

Tout le monde n’est pas à la fête!

C’est exclusivement du tourisme chinois, des magasins sur des km, de la nourriture, des souvenirs.On aperçoit quelques belles villas derrière de hauts murs, beaucoup sont en ruines, celles qui sont bien conservées se visitent (cher),ou bien ce sont des hôtels(chers !). Les jeunes mariés viennent faire des photos!.

Nous ne sommes pas montés là- haut (pas fous !)

Ça nous a fait une bonne promenade, d’autant que ça monte et ça descend, franchement ça ne vaut pas le déplacement!

La moche statue, tout au bout de l’île !

NANKIN

Après avoir réglé le problème récurrent de l’hôtel (3heures, avec l’assistance d’un«ange gardien» nommé Sarah!), nous n’avons plus beaucoup de jus pour profiter de la belle après-midi.
C’est dommage, car le lendemain,…..il pleut !
Nankin est une grande ville dont le nom reste définitivement associé au «Massacre de Nankin» perpétré par les japonais en 1937( pendant 6 semaines on estime que de 200000 à 300000 civils ont été tués)
Elle a heureusement d’autres atouts dont de magnifiques remparts datant de l’époque Ming édifiés entre 1366 et 1393,il y en avait 35 km, il en reste les 2/3
Justement dimanche, il fait chaud, malgré un ciel un peu voilé, c’est une belle journée, jour de Fête Nationale chinoise.
Pas loin de l’hôtel il y a une porte, nous voici sur les remparts.

Chaque brique des remparts porte le nom du fabricant, la région de production, la date de fabrication !

De de l’autre côté le joli lac nous tente, il y a déjà du monde, nous descendons dès qu’une porte se présente.


C’est plein de chinois en goguette, certains font du bateau, d’autres des selfies, tous grignotent quelque chose !


Dans un coin, il y a une foire au mariage: des parents essayent de trouver une fiancée pour leur fils.

Quand
il commence à y avoir un peu trop de monde, c’est le moment de nous échapper, direction le Musée.


Le Musée est immense, très froid, il n’y a aucun plan en anglais, et aucune suite logique.
Il y a de jolies salles de porcelaines, des statuettes tibétaines en or et cuivre, des salles de timbres poste et des calligraphies, on cherche encore les ornements funéraires et la statue de Guanyin…..

Sur l’esplanade, un spectacle de tambours
Un peu déçus nous rentrons à l’hôtel.
Dans le métro, je somnole, je suis un peu à côté de mes pompes et je ne fais pas attention au numéro de sortie.
Les stations de métro sont tentaculaires (notre arrêt « Nanjing Railway Station», compte 11 sorties)nous sortons à la 5, sans faire gaffe….3/4 d’heure plus tard nous sommes encore en train de tourner en rond autour de la gare!!!
Nous n’avons plus qu’une solution: rentrer dans le métro, prendre des tickets (0,50€pour 2) et ressortir au bon numéro, le 1!!!!
Lundi, nous avions prévu le Mausolée du premier Empereur Ming, le seul enterré ici, les autres sont à Beijing.
Vu ce qui tombe, nous changeons les projets (faut savoir s’adapter!)
Nous prenons le métro jusqu’à la station Xinjiekou (22 sorties !) où se trouve le centre «branché» de la ville.
Direction Deji Plaza, le Lonely Planet parle d’un resto au décor de l’époque Qing, avec serveurs en costume .
Les restos sont au 7ème niveau, et ils sont tous dans ce style, la foule qui attend patiemment est considérable, nous on s’enfuit!


Par miracle nous retrouvons notre sortie préférée qui mène à un délicieux restaurant de cuisine

Sichuanaise

Le piment,sur l’enseigne……ce n’est pas que pour la déco !!!!
Le shopping ne nous tente pas plus que ça (il y a sûrement des affaires à faire, c’est la« golden week», les vacances chinoises et plein de rabais pour l’occasion!),nous rentrons en métro et là on fait bien attention de sortir au numéro 1!!!
Mardi soir, nous sommes à l’aéroport, nous nous envolons pour Xiamen, pour l’hôtel….On croise les doigts !!!!!

KAIFENG, LUOYANG

KAIFENG Le charme de Kaifeng ne nous a pas sauté aux yeux tout de suite, d’autant qu’à notre arrivée à l’hôtel…..On nous a annoncé que c’était complet!!!! (air connu) coup de fil à Booking.yeahh (ils ne connaissent que nous !!!), Je vous passe les détails, finalement nous avons réussi à nous loger. Comme la résolution du problème avait épuisé toutes nos ressources morales, et aussi mon forfait de téléphone, nous dinons de soupes deshydratées et d’une bière. Le lendemain nous avons rechargé les batteries, mais, alors qu’il faisait 30°et un beau soleil hier, aujourd’hui, il pleut! Kaifeng, c’est très différent de Pingyao où tous les sites sont regroupés dans l’enceinte des remparts, ici il y a des sites à visiter mais ils sont assez éloignés les uns des autres. Quand il pleut c’est mission impossible d’attraper un taxi, pourtant il y en a beaucoup. Donc nous commençons par visiter…. la Gare! (important d’acheter les billets en avance) On prépare la Fête Nationale, le 1 er octobre Nous nous contenterons du Temple du Grand Ministre, nous sommes arrivés pendant la prière des moines, c’était un joli moment. Le parc est magnifique La statue de Guanyn, la déesse aux trois têtes, mille bras et un oeil au bout de chaque bras Nous quittons Kaifeng sans regret, nous nous rendons à  Luoyang. J’ai écrit à l’hôtel pour leur annoncer notre arrivée, le patron m’a répondu en chinois, moi aussi….On est potes ! LUOYANG Depuis Kaifeng il n’a pas cessé de pleuvoir, la température à brutalement chuté et j’ai attrapé un rhume force 5 . Heureusement, pas de mauvaise surprise en arrivant à l’hôtel. Est-ce le hasard ou une délicate attention ? Une petite dame (professeur d’anglais) nous emmène dans une pharmacie…je ne sais pas ce qu’ils m’ont donné (c’est en chinois!), mais je dors comme un bébé et dans la journée…je plane à 5000m! Comme il continue de pleuvoir et que je ne suis pas en forme nous nous contentons du Temple du Cheval Blanc (une bonne 1/2 heure de bus, j’ai pu dormir!)la balade est agréable sans plus. En fin d’après-midi, il a cessé de pleuvoir, nous sortons faire quelques courses et nous découvrons une vraie rue ancienne avec beaucoup de vie et qui mène aux remparts (ce qu’il en reste) Le lendemain, le gros morceau, ce sont les Grottes de Longmen. Elles sont à 13km au sud de la ville, c’est une ville énorme entourée d’une banlieue démesurée, des immeubles neufs ou en construction à perte de vue. Le trajet jusqu’aux grottes dans un bus bondé où tout le monde se marche sur les pieds en rigolant…un grand moment ! En quittant l’hôtel :les employés du resto voisin font la gym Vous allez dire qu’on n’est jamais contents, mais il aurait mieux valu un jour de pluie car les grottes sont sur la rive ouest et avec le soleil, les photos,c’est pas top! Grottes de Longmen Un joli temple sur la colline, en face La colline vue de la rive est Les grottes sont pas mal dégradées, il n’y a quasiment plus de couleurs, mais elles sont intéressantes et jouissent d’une position privilégiée sur la rivière Verdict d’Alain : il préfère Datong Nous sommes en train de devenir des spécialistes de l’art rupestre bouddhique! D’ailleurs je prépare un petit opuscule (de 600pages)que je me ferai une joie d’offrir à chacun de vous !!! Donc pour clore le chapitre Bouddha, je vous propose un petit jeu-concours, les deux premières bonnes réponses gagnent une carte postale : -En quel siècle le bouddhisme est-il arrivé en Chine….et comment ?

Nous retournons faire un tour dans la rue ancienne, Déhanchement en musique, au pied des remparts Le côté gauche, c’est le rempart transformé en habitations Les boutiques du rez de chaussée sont occupées par des artistes calligraphes Mais cette fois nous allons également vers l’est où il y a paraît-il une jolie pagode. Plus nous avançons, plus les maisons sont vétustes, souvent murées. Elle était pourtant bien charpentée ! Alain voudrait rebrousser chemin, mais je tiens à ma pagode! Finalement nous l’apercevons, entourée d’un ensemble d’habitations neuves de style ancien. Le gardien était en train de fermer la grille mais un couple est arrivé,et ils lui ont dit de nous laisser passer . C’ est un grand machin luxueux, à la chinoise, apparemment ça vient tout juste d’ouvrir c’est payant mais les caisses ne sont pas encore terminées! La pagode Notre jolie pagode est noyée là-dedans, il y a une scène avec une chanteuse et des musiciens (une première, je vais essayer de mettre une vidéo!). Essai vidéo !

Notre porte de sortie étant close, nous ne savons pas trop comment retrouver notre chemin, nous prenons un taxi et , dans le taxi, j’ai oublié les cartes postales et les timbres!!! Demain matin, tôt, nous prenons le CRH (TGV chinois) pour Nankin

PINGYAO…TAIYUAN

Après 3/4 d’heure de train rapide….et 1/2 heure de bus, nous voici à l’entrée de la Vieille Ville. Le GPS cafouille un peu, nous finissons par trouver l’hôtel: on a réservé depuis deux mois, mais il est complet!
Elle nous propose un autre hébergement, nous ne perdons pas au change, donc…On oublie de râler!

La cour de notre hôtel
Il règne à Pingyao une ambiance de kermesse permanente, mais «bon enfant».
Le lendemain de notre arrivée, débute le PIP(Pingyao International Photography Festival), il y a des expos photo dans un tas de lieux, pleins de types, un badge VIP autour du cou et un énorme appareil photo en bandoulière.


Tout ce monde se balade dans des voiturettes de golf, en regrettant de mettre pied à terre dans les rues piétonnes(en théorie réservées aux piétons, mais c’est sans compter sur les scooters électriques et les vélos!)

Dès qu’on entre en ville on est assailli par les odeurs: effluves douceâtres et épicés du vinaigre de Pingyao (la grande spécialité locale),

odeur appétissante du boeuf de Pingyao (autre spécialité, on a goûté…On dirait du jambon en plus sec! mais ici ils ne connaissent pas le jambon)

et, heureusement pas trop souvent, remugle écoeurant du «tofu puant»(le bien nommé!)
Nous nous dirigeons vers la billetterie pour acheter le pass de 3 jours….encore gratuit!
On va être obligés de tout visiter, à ce prix là !
Je ne vois fais pas la liste de tout ce qu’on a vu, voilà le reportage-photo!

Ça commence par une balade dans les rues, inventaire des petits métiers

À côté de notre hôtel il y a un fabricant de pinceaux

C’est un travail extrêmement méticuleux

Plus loin, les petits gâteaux

L’automate à découper les nouilles !

Le fabricant de peignes

Un etalage de brocanteur, ça y est, Mao est passé aux antiquités

Le polisseur(ssoir?) à perles de rivière

Notre petite cantine de raviolis à la vapeur

Nous sommes pris en otages par un groupe de jeunes, séance photo obligatoire!

Près de notre hôtel, la Tour de la ville

Un drôle de défilé

Sur le coup de midi, ce sont les dames qui défilent.

Lui ne défile plus

Des affiches du PIP

J’ai aimé le travail de cette photographe, elle a retrouvé d’anciennes «gardes rouges» et présenté les photos «avant/après

Les rues sont très jolies

Il faut aussi voir l’envers du décor

Nous avons visité les premières banques de dépôt

Gardes armés vivant à demeure dans les sous-sols, et faux lingots

Balade sur les remparts

Du haut de la Tour

Au Temple de Confucius

Le «Mur aux 9 dragons»

La tour Feng Shui

Au bout de trois jours nous repartons à Taiyuan, pour des raisons de logistique, impossible d’aller à Jincheng depuis Pingyao!

Finalement nous décidons d’abandonner Jincheng, et nous consacrons cette pause à la préparation de la suite (début septembre a été bousculé et on a un peu improvisé!)

Donc, nous revoilà à Taiyuan:

1h30 de train «normal», départ de la gare de Pingyao en ville,arrivée au centre ville de Taiyuan !

Unpetit tour au musée du Shanxi, il rappelle vaguement le beau musée tout rouge de Shanghaï.

La visite est intéressante, on y apprend, par exemple, que dans des temps reculés, les chinois connaissaient déjà le smartphone, la preuve:

La semaine prochaine , nous irons à Kaifeng et Luoyang

BEIJING, DATONG

Arrivés lundi 11 à 15h à l’aéroport il nous faut un certain temps pour trouver :

un distributeur de billets,

la sortie

un moyen de transport

Finalement bien orientés par un jeune policier, nous prenons un bus qui nous laisse à 200m de notre hôtel.

Moment de frayeur quand nous nous trouvons devant la porte de l’hôtel, fermée! Nous trouvons l’entrée sur le côté (pas signalée!). Notre hôtel ressemble à une caserne, on nous refile une chambre très sombre et très moche, on proteste mollement et la réceptionniste nous promet de changer demain.

La bonne surprise c’est que nous sommes idéalement situés, tout près de Dazhalan jie (jie, c’est rue), une rue ancienne, restaurée à la chinoise, mais avec un vieux cinéma, le magasin de chaussures où le Président Mao achetait ses fameux chaussons, une immense pharmacie où on trouve tout un tas de remèdes chinois(on a snobé les langues de chèvres et autres produits animaux mais on s’est laissé tenter par des baies de goji).

Après les achats de première nécessité pour le petit déjeuner, nous rentrons nous coucher.

Mardi, après une nuit pas suffisamment réparatrice, nous voici à pied d’oeuvre, nous devons trouver un transport pour Datong et récupérer les billets de train Luoyang-Nanjing achetés sur Internet.

Ça nous a pris la matinée et plus.

J’avais inversé des chiffres sur mon passeport, on n’a pas pu récupérer mon billet, on a dû tout annuler et reprendre des billets (c’était chaud, il n’y avait presque plus de places !) Après ces efforts considérables, la fatigue nous est tombée dessus….et on a remis à demain la visite du Palais d’Été!

Et on a changé de chambre! Nous avons eu une jolie chambre, très claire, donnant sur la cour, et pour fêter ça…On s’est endormis!

Vue de notre quartier

Mercredi matin nous allons au Palais d’Été. Alors que lundi et mardi il y avait un ciel clair et lumineux, aujourd’hui le ciel est légèrement voilé, il s’ajoute sûrement un peu de pollution ! Alain est content, il paye l’entrée moitié prix!

Dès l’entrée, la rue Suzhou, on peut faire des achats !!!

Il y a du monde mais le site est immense, on a monté et descendu des escaliers, marché des heures et , quand nous sommes arrivés à la Porte Est, nous nous sommes échappés, trop contents de ne pas avoir à remonter jusqu’à l’autre entrée!!!

La scène de l’Opéra
Comme nos yuans filent vite, on a cherché et trouvé un distributeur, là aussi c’était compliqué, on n’a pu retirer que 1000 yuans à la fois. Nous avons dîné près de l’hôtel, puis on s’est promenés dans la Dazhalan jie, les soirées sont très agréables il fait très doux, (dans la journée jusqu’à 30°,le soir, encore 25,26°)

Dazhalan jie

Jeudi, nous voici dans le bus, nous avons les places 1 et 2, au 1er étage au dessus du chauffeur! La vue est imprenable et , quand nous passons près de Badaling, nous pouvons contempler la Grande Muraille qui serpente sur les crêtes. Sur l’autoroute il y a énormément de camions.

À Datong, on rame un peu pour trouver l’appartement réservé, une jeune femme vient à notre secours, la logeuse ne veut pas nous recevoir, elle n’a pas le permis pour loger des étrangers !!!! C’est fréquent, car les hôteliers doivent payer une taxe supplémentaire.

On se rabat sur une auberge de jeunesse, dans la(neuve) ville ancienne . La muraille d’enceinte est quasiment terminée, c’est pharaonique ! Malheureusement, le programme démesuré de rénovation du centre ancien n’a pas eu le succès escompté, les magasins n’ont pas été loués (ou ont déjà fermé), le tout donne un somptueux ensemble, sans âme .

Un temple,en rénovation

Le vendredi, nous prenons un tour avec l’auberge de jeunesse et nous avons pour compagnons un couple d’espagnol, une chance! Le Monastère suspendu

Le mont Henshan

Et la Pagode de Muta, plus ancienne et plus haute (67m),pagode en bois…. du monde! Elle date de 1056, respect !

Samedi, nous allons aux Yungang caves, Alain souhaitait absolument y retourner, il a eu raison, nous étions émerveillés, comme il y a 5 ans.

Et, cerise sur le gâteau…au vu de nos passeports, c’était gratuit !!!

Quelle chance nous avons d’être vieux !!!!!

À ce train là, nos passeports tout neufs vont vite être amortis !

Dimanche, nous quittons Datong pour Tayuan. À part un bus super confortable, un terrible orage à l’arrivée, 2h pour trouver l’hôtel, on repart le lendemain, on n’a rien vu !!

Du taxi, une magnifique oeuvre d’art!

Non, c’était pas fini! Le lendemain matin, on se pointe à la gare tranquilles avec un peu d’avance, et là…c’est pas bon! Hier le gars qui m’a vendu des billets pour Pingyao, ne m’a pas dit qu’il fallait aller à la Gare sud!

Imaginez le désarroi d’un chinois qui débarque à la Gare du nord, à Paris, pour aller à Nantes! Pour nous c’était pareil .

On reprend un taxi, le petit bout de femme au volant a fait fissa, on est sauvés!

La gare sud est toute neuve et immense et…au sud.

La prochaine fois je vous narrerai Pingyao